AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
19/09/16 Ϟ fermeture du forum. pour tout savoir, rendez-vous ici

Partagez | 
 

 – how the good die young. (sirius)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
phénix, admin
avatar
Messages : 68
MessageSujet: – how the good die young. (sirius)   Dim 28 Aoû - 17:05

sirius titus black
we don't lay down for anybody
âge › trente ans.
profession › auror.
date de naissance › 3 novembre 1954.
situation financière › riche. déshérité par ses parents, son oncle alphard lui a néanmoins légué plus que tout ce dont il aurait besoin.
lieu de naissance › londres, angleterre.
statut civil › seul, le coeur pris.
ascendance › sang-pur.
lieu de résidence › officiellement à londres, dans la maison qu'il a héritée de son oncle.
dévoué, loyal, brave, instinctif, entêté, lucide, franc, charismatique, charmeur, créatif, vif, énergique, adaptable, juste, malin, impulsif, vindicatif, réfléchi, fonceur, assuré, tête-brûlée, confiant envers les autres.

jungle youth – (01) Sirius, il possède bien des tares. Mais s'il y a une chose dont personne n'a jamais pu douter, c'est bien de sa loyauté. Profondément dévoué à ceux qu'il chérit, il n'est rien qu'il ne donnerait pour les protéger, et pour les voir en bonne santé. Pas du genre à se cacher, pas du genre à faiblir ; certains le savent, mais il n'aurait aucun problème à mourir pour quelqu'un qu'il aime. Et de manière plus générale, il n'est pas homme à rester en arrière s'il sait quelqu'un en danger — de ce genre de loyauté, tournée vers tous ceux qui pourraient avoir besoin de son aide, de ce genre de bravoure que rien n'arrêterait. Ce n'est pas pour rien que son patronus est un chien — et que c'est l'apparence qu'il prend lorsqu'il use de ses dons d'animagus. Profondément dévoué et du genre à attaquer s'il sent les êtres chers en danger, ses proches lui ont dit plus souvent qu'à son tour que ce syndrome du héros finirait par un jour lui coûter la vie. Peut-être, au fond, le sait-il. Peut-être, au fond, s'en moque-t-il. Si ce jour doit arriver, soit ; mais d'ici là, il est hors de question de rester les bras croisés, et de laisser qui que ce soit être arraché à ce monde pour des idéaux faussées et des conneries un peu trop violemment prônées. (02) Il n'a jamais réussi à tenir en place. Toujours actif étant enfant, il était le premier à trouver des bêtises à faire, le premier à embêter tous les autres enfants qui passaient à sa portée — son frère y compris. Sirius, c'était le gamin qui s'ennuyait à rester enfermé, et qui a essayé d'outrepasser ses punitions en sortant par le fenêtre beaucoup trop tôt pour que les autres ne le croient ; le garnement qui rentrait tout écorché, couvert de boue et de saleté, mais avec le sourire rayonnant de celui qui a réussi sa journée. En entrant à Poudlard et en rencontrant James, les choses ont considérablement empiré. Les deux se sont littéralement trouvés, et encouragés plus que jamais, devenant le véritable fléau des professeurs, autant que celui des autres élèves. Le nombre de ceux qui ont essuyé des mauvaises blagues de leur part n'est plus à compter. Avec les années, la malice que Sirius Black se traînait ne s'est pas vraiment calmée. Les plaisanteries et les farces sont restées l'une de ses signatures, de même que son sourire et son air toujours d'une parfaite et insolente innocence. Quelque chose en lui a changé avec l'âge — et ceux qui le connaissent le mieux peuvent en attester. Mais dans les apparences, il n'a jamais donné à ceux qui ne le supportaient pas une bonne raison de changer d'opinion. (03) Pourtant, derrière ses allures de gamin stupide et turbulent, il a toujours été un sorcier des plus prometteurs. Doté d'une mémoire qu'il a toujours très bien cachée, il n'a jamais eu besoin d'heures d'études acharnées pour obtenir des résultats suffisants à passer ses années d'études haut la main. Ses résultats n'ont jamais crevé des plafonds, il est vrai ; mais tant que ça suffisait, pourquoi dépenser de l'énergie là où il pouvait simplement perfectionner sa magie ? Bien plus porté sur la pratique sur la théorie, il a toujours été particulièrement bon en sortilèges et en défense contre les forces du mal — ceci doublé à son besoin de protéger ceux qui en avaient besoin, son choix de carrière n'a, au bout du compte, pas étonné grand-monde. Il a toujours fait preuve d'une grande dextérité magique, et d'une polyvalence certaine dès qu'il s'agissait de l'employer ; créatif et profondément vif d'esprit, c'est un duelliste accompli, et un sorcier qui n'a jamais mis longtemps à faire ses preuves. L'exceptionnel jeune âge auquel il est devenu animagus ne fait qu'attester de ce potentiel dont il ne s'est jamais targué, et qu'il a toujours préféré mettre à profit que vanter. Et si certains de ses collègues s'arrachent parfois les cheveux de son côté tête-brûlée et de son absence de plan sans failles, il n'y a cependant pas à protester lorsque vient le temps de se lancer : sa vivacité d'esprit, son adaptabilité et son intelligence peuvent être autant des tares que des qualités. (04) S'il y a une chose qui ne se remarque pas au premier abord, c'est bien son adaptabilité. Peu de gens savent qu'à la vérité, Sirius Black n'est que le reflet de ce que vous lui envoyez — donnez-lui de la haine et il vous répondra par railleries et mépris ; donnez-lui de la confiance, et il sera le plus fidèle et le plus loyal des amis. Cette faculté est due à l'instinct viscéral qu'il possède, et qui s'applique autant pour sa survie — bien que ce point soit aisément discutable au vu des quelques situations dans lesquelles il se retrouve parfois empêtré — que dans les relations qu'il entretient avec le monde. Ainsi, cette adaptabilité n'a jamais eu pour objectif de le faire remarquer, ou aimer. Sa fierté est bien trop forte pour cela, et il n'est pas question de présenter patte blanche à quelqu'un qui ne ferait pas de même de son côté. Ce trait de sa personnalité peut s'avérer particulièrement déplaisant pour ceux qui n'ont pas conscience de son existence, et qui peuvent se voir profondément raillés et méprisés, là où d'autres ne profiteront que de ses côtés protecteurs et dévoués. Il est néanmoins incorrigible, et bien incapable de l'aider — cherchez-le et vous le trouverez, dût-il éprouver pour vous la plus solide des affections. La seule différence résidera alors dans ce qu'il fera ou ne fera pas pour vous, lorsqu'il n'est plus question de répondre à vos réactions. (05) Derrière ses apparences malicieuses se cache une chose à laquelle la plupart n'ont jamais cru — et que beaucoup ignorent toujours exister. Elles sont rares, les situations où il est suffisamment calme et posé pour aborder sérieusement un sujet — et encore plus rares, celles où on lui demande son avis en pensant qu'il a quelque chose de réfléchi à apporter. Mais pour ceux qui savent, il n'y a plus à en douter : derrière ses sourires charmeurs et ses éternelles bêtises au bout de la langue, Sirius Black a plus d'une sagesse dans son sac, et peut s'avérer tout à fait étonnant si on lui en laisse la chance. Il a toujours été capable de penser, capable de fournir des opinions pertinentes sur les sujets qu'il lui fallait traiter. Et s'il est vrai qu'il n'a jamais vraiment pris le temps de le montrer ou même de le faire, il est d'autant plus vrai que les choses ont changé plus qu'on ne pourrait le penser durant la guerre — et ces derniers mois en particulier. Bien qu'il essaie de l'empêcher et de faire comme si de rien n'était, le massacre des McKinnon, des Bones, et la trahison de Peter ont laissé une trace indélébile sur son coeur, qui tend presque à lui faire oublier les railleries dans les moments dont il avait jusqu'à lors toujours profité. Il n'est pas encore prêt à parler, pas encore prêt à exprimer son ressenti et à laisser jaillir ses réflexions — mais elles s'entassent et se forgent, façonnant le monde à leur façon. Profitant de cet esprit si vif mais si souvent utilisé à d'autres desseins pour s'épanouir, et pousser ce qu'il reste d'enfantin en lui à finir de grandir. Pour le moment, les apparences parviennent encore à le tenir à l'abri et à lui éviter les questions — mais pour ses plus proches amis, il est depuis quelque temps parfaitement évident que ces éclairs de sagesse et de lucidité qu'il manifeste depuis toujours sont en perpétuelle croissance, témoins des temps agités dans lesquels tous vivent, et de la marque qu'ils laissent sur tout un chacun.

i was born to be this way – officiellement, il vit dans la maison que son oncle lui a léguée. néanmoins, il ne s'y est jamais senti particulièrement chez lui, et a toujours vagabondé de canapé en canapé, dormant chez qui de ses amis voulait bien l'héberger — et chez les Potter, en particulier. lorsqu'il rentre s'effondrer chez lui, c'est en général signe que son corps est arrivé au bout de ses réserves, et qu'il a besoin d'une réelle nuit — si ce n'est de toute une journée — pour récupérer. beaucoup trop actif depuis toujours, il est devenu quelque peu insomniaque au fil des années. trop de pensées qui tournent dans la tête, et un besoin trop impérieux de toujours bouger. c'est pour cette raison que les canapés des autres lui conviennent si bien : de toute façon, il ne dort que rarement profondément, et encore plus rarement longtemps. il a toujours aimé la pluie, seule chose au monde capable de le bercer et de lui faire éviter les insomnies. animagus depuis la fin de sa cinquième année à poudlard — soit ses seize ans et demi, environ —, il prend l'apparence d'un chien noir, bâtard plutôt fluet, dès qu'il en a l'envie. il n'a jamais été recensé, et garde cette faculté plutôt secrète. pour autant, ses transformations ne sont pas rares — bien au contraire. cette forme lui permet de passer relativement inaperçu, et de ne pas du tout être soupçonné par ceux qu'il croiserait, et qui ne voient en lui qu'un chien errant. il est relativement doux et joueur, comme chien — si tendre et si bon vivant que james lui a, plus d'une fois, suggéré de se transformer définitivement. il a toujours aimé la mécanique moldue, et toujours été fasciné par la manière dont les choses pouvaient fonctionner pour eux. il y a quelques années, il s'est acheté une moto, qu'il a retapée et ensorcelée, et qui est aujourd'hui capable de voler. il se déplace majoritairement de cette manière, et l'a quelque peu adaptée aux temps de guerre en lui ajoutant une faculté à disparaître. sa moto, c'est son petit bijou à lui, et il n'est pas question qu'on la lui abîme. dans la maison léguée par son oncle, il a trouvé un miroir brisé, qui lui renvoyait une autre image que celle de lui-même ; l'image d'un recoin d'une des pièces de la maison. et lorsqu'il eut retrouvé le fragment, il constata qu'il pouvait y voir comme si ses yeux étaient le miroir brisé au préalable trouvé. il a rapidement compris le principe de l'objet, et a montré le fragment à james : ils découvrirent alors qu'il était également possible de s'entendre parler, si l'on s'adressait volontairement au miroir. sirius décida alors de laisser le morceau à james et lily, au cas où ils auraient besoin de lui. il prit également le soin d'en casser un autre petit morceau, qu'il confia exclusivement à harry. il est le parrain du fils de son meilleur ami, harry james potter. il ne s'attendait néanmoins pas à une telle demande — bien qu'apparemment évidente — avant que le couple la lui formule. cet instant reste, pour lui, empreint d'un bonheur bien plus fort que tout ce qu'il avait jusqu'à lors vécu ; un instant qui, depuis, est le souvenir lui permettant de créer son patronus. il semble qu'il ait toujours faim. pourtant, il est loin d'être de ceux qui mangent sans arrêt. bien au contraire, même, il a plutôt tendance à être celui qui loupe la moitié de ses repas parce qu'il n'y pense pas, et qui se rattrape dès que quelqu'un pourvu de véritables talents culinaires est à portée de main. une autre raison pour laquelle il passe toujours un certain temps chez les potter — qu'il reste dormir ensuite ou pas. il ne supporte pas la lâcheté — pas plus chez les autres que chez lui. il n'est d'ailleurs pas du genre à reculer devant une situation, quelle qu'elle soit — et aussi dangereuse qu'elle soit. la loyauté et le courage sont des valeurs qu'il possède instinctivement, et qui ont toujours fait de lui ce qu'il est. il les exige donc bien souvent des autres, sans même s'en rendre compte. de fait, il vit extrêmement mal la trahison de peter pettigrow, quatrième membre de la bande des maraudeurs. rancunier, il n'est pas du genre à offrir des tas de secondes chances et à vouloir tout faire pour pardonner. trop brut et trop entier dans ses relations, qu'elles soient affectueuses, amoureuses, professionnelles, ou uniquement de confiance, il ne tolère pas la trahison et les manquements à ce qu'il estime être de la confiance. il a toujours eu une surconscience des choses et de ce qu'il était, plus jeune — un petit con, profondément irritant et particulièrement insupportable. il n'a cependant jamais été capable d'outrepasser la carapace qu'il avait commencée à se forger depuis bien trop petit. et aujourd'hui encore il la maintient. charmeur et charismatique, il a toujours présenté un certain penchant pour les femmes. il n'a pourtant, de mémoire d'homme, jamais eu la moindre relation durable. les pensées occupées depuis bien longtemps, bien qu'il se refuse à se l'avouer, il préfère considérer que les engagements ne sont pas faits pour lui, et qu'il est bien mieux libre et indépendant. il est d'ailleurs incapable de s'imaginer avec quelqu'un, posé et menant la petite vie dont beaucoup de gens de son âge commencent à rêver. et qui plus est, il n'y a ainsi personne à atteindre en remontant jusqu'à lui. durant sa scolarité, il a joué au quidditch. poursuiveur dans l'équipe de gryffondor, il a toujours adoré ce sport, mais ne l'a jamais continué après sa sortie de l'école. il a encore des nouvelles de sa cousine andromeda, qui a, comme lui, choisi de tourner le dos aux valeurs familiales des black. plus secrètement, il a longtemps continué de rendre de discrètes visites à sa cousine narcissa, avec qui il a très longtemps été extrêmement complice. depuis qu'il a été officiellement été déclaré comme cible par les mangemorts, les rencontres se font cependant plus rares — voire quasi impossibles, car trop dangereuses pour elle. du reste de sa famille il n'a plus la moindre nouvelle, et il n'a jamais manifesté le désir de renouer avec son frère — ignorant même sa trahison. malgré sa grande habileté magique, il n'a jamais eu le moindre problème à se servir des bonnes vieilles méthodes moldues. ainsi, il n'y aura pour lui rien de plus humiliant qu'un coup de poing bien senti — le genre de moyen qu'il se plait à utiliser face à ceux qui, à son sens, le méritent bien. il possède un sens de l'humour décapant mais loin de faire l'unanimité, qui s'est toujours parfaitement allié à celui de james potter — pour le plus grand malheur de tous. dans la bande, ç'a toujours pris remus pour le calmer. avec le temps, james est également devenu capable de se poser, et s'est mis à occasionnellement appuyer le loup-garou pour lui faire entendre raison et calmer ses passes parfois trop impulsives.
patronus › un chien, bâtard fluet.
ancienne maison › gryffondor.
épouvantard › tous ceux qui lui sont chers, tous ceux qu'il lui reste — morts.
groupe › in nomine patris.
baguette › 27,3 centimètres, bois de frêne et plume d'hippogriffe. plutôt flexible, des runes sont gravées le long de son manche.
célébrité › luke arnold.
particularité › animagus non-recensé, il prend l'apparence d'un chien noir. il est également membre de l'ordre du phénix.
crédits › tumblr.
○ novembre 1954 › Naissance de Sirius Titus Black, aîné d'Orion et Walburga Black, descendant de la noble lignée de sang-purs du même nom. Quatre ans plus tard suit son jeune frère, Regulus. L'enfance des Black est agitée par le caractère indépendant de Sirius, et son côté récalcitrant aux valeurs de ses parents, qui mettent alors tous leurs espoirs sur Regulus. L'aîné commence alors à prendre un malin plaisir à embêter le cadet, et développe très rapidement des aptitudes magiques prometteuses. ○ septembre 1966 › Rentrée de Sirius à Poudlard, où il est réparti à Gryffondor, au grand dam de ses parents — rompant alors la longue tradition des Black d'être accueillis dans les rangs de Serpentard. Il rencontre alors James Potter, avec qui il lie instantanément une amitié indéfectible, qui s'étend rapidement à Remus Lupin. Peter Pettigrow devient progressivement le quatrième membre de la petite bande, à force de suivre James et Sirius dans toutes leurs bêtises. ○ juin 1971 › Après deux ans d'entraînement secret et acharné, les Maraudeurs parviennent enfin à leurs fins : James et Sirius se transforment pour la première fois, devenant officieusement Animagi — et ne se faisant jamais recenser. Peter met quelques mois de plus à y parvenir, aidé et soutenu par ses amis. Dès lors, les trois peuvent accompagner Remus à chaque pleine lune. Ils créent la carte du Maraudeur dans le courant de l'hiver 71-72, afin d'aider leurs déplacements nocturnes. ○ mai 1972 › Deux ans après son entrée à Serpentard, Regulus Black, qui commence à avoir des fréquentations ne plaisant que très peu à son aîné, se fait profondément humilier par une bande de sang-mêlés auxquels il avait cherché des ennuis, en s'en prenant à une de leurs amies née-moldue. Jugeant ce châtiment mérité, Sirius — qui jusqu'à lors avait eu pour habitude d'essayer de calmer le jeu autour de son frère — n'intervient pas. ○ juillet 1972 › Dès que les deux frères posent les pieds au domicile familial, Regulus s'empresse de relater l'incident. Une dispute violente éclate entre Sirius et ses parents. Plus question, alors, de rester : au beau milieu de la nuit, aidé de sa cousine Narcissa, il prend la fuite, se réfugiant chez les parents de James Potter. Immédiatement après sa fugue, sa mère brûla son visage sur la tapisserie des Black, le reniant et le déshéritant de fait. ○ juin 1973 › Graduation des Maraudeurs. James et Sirius sont très rapidement pris en stage au bureau des aurors, où ils commencent une formation intensive. Par ailleurs, l'oncle de Sirius, Alphard, était resté en contact avec lui ; l'appréciant particulièrement, il lui légua sa fortune à sa mort, de même que sa maison, où Sirius emménagea après sa scolarité. ○ juillet 1976 › Après trois ans à apprendre tout ce qu'ils purent, les deux intégrèrent officiellement le bureau à titre d'aurors, et débutèrent leur carrière. ○ juillet 1980 › Naissance d'Harry Potter, fils de James et Lily, quelques années après leur mariage — où Sirius fut témoin de James. Le couple lui propose d'être le parrain de leur fils : il accepte sans la moindre hésitation, étrangement surpris malgré l'apparente évidence de la proposition. ○ de 1980 à 1984 › Débuts de la guerre des sorciers. Sirius intègre presque immédiatement l'Ordre du Phénix, en compagnie du reste des Maraudeurs, et de Lily et de sa meilleure amie Marlene. Le petit groupe s'investit dans la guerre avec un acharnement sans pareil, bien que Peter se fasse de plus en plus petit à mesure des années. ○ décembre 1984 › Sur un tuyau ramassé à son boulot, Sirius se rend chez Kyle Hudson, l'ancien petit ami de Marlene, le suspectant d'être en danger. Il découvre alors que l'homme a été torturé, et celui-ci lui apprend avec empressement que les Mangemorts en avaient après Marlene. Sans prendre le temps d'aller chercher des renforts, et suspectant qu'il sera trop tard s'il les attend pour intervenir, Sirius se rend à la maison de famille de la jeune femme, où toute la famille McKinnon passait Noël. Il arrive juste à temps pour empêcher un Mangemort de la mettre à mort, et les deux réussissent à s'enfuir in extremis. Elle est la seule rescapée du massacre. Marlene dénonce Albert Travers, qu'elle a reconnu et qui devient alors activement recherché par le Ministère. À partir de ce jour, elle et Sirius sont mis en tête d'affiche chez les Mangemorts, et recherchés plutôt morts que vifs. ○ mai 1985 › Trahison de Peter Pettigrow, qui révèle l'emplacement du QG de l'Ordre du Phénix, conduisant à la mise à mort du couple Bones, de trois enfants, et de deux autres membres de l'Ordre du Phénix. Les Maraudeurs accusent particulièrement mal le coup. ○ septembre 1985 › Temps présent. Sirius travaille toujours au bureau des aurors, mais ne sort plus sans être extrêmement prudent — généralement sous sa forme animale, ou accompagné de James. Il reste cependant particulièrement indépendant, se refusant à vivre dans la peur et à se laisser intimider par les Mangemorts et leur soif de sang.
fiche (c) blue walrus
the lovely muggle :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
phénix, admin
avatar
Messages : 68
MessageSujet: Re: – how the good die young. (sirius)   Dim 28 Aoû - 17:05

si vis pacem para bellum
godric's hollow, mai 1985.

Ils sont morts.

La nouvelle est tombée comme un couperet, réduisant au néant l'apparente tranquillité de la soirée. La nouvelle n'avait pas mis longtemps à émerger du quartier où les Bones vivaient — pas longtemps à être relayée aux membres de l'Ordre du Phénix heureusement absents des lieux du massacre. Un petit nombre d'entre eux se tenait chez les Potter, tournant en rond dans le salon chichement meublé, les murs insonorisés pour ne pas réveiller l'enfant qui, au premier étage, dormait paisiblement. Adossé à un buffet, dans un coin de la pièce, le Black laissait alternativement son regard passer sur tous ceux qui prenaient la parole, puis retomber irrémédiablement vers le sol. Ses bras croisés cachaient ses poings crispés, et la colère qui pompait ses veines avait cessé de s'exprimer verbalement depuis seulement une petite dizaine de minutes auparavant. Désormais, le débat n'était plus sien. D'autres têtes pensantes avaient réclamé le silence de la part des trop jeunes — des trop fougueux. Pour l'heure, il importait de garder la tête sur les épaules, et de ne pas foncer tête baissée dans la gueule béante que le loup leur tendait. Et ça le faisait bouillir, le jeune auror ; monté sur ressorts par la mort de tant d'innocents, piqué au vif par cette tragédie à laquelle il trouvait un terrible air de déjà-vu.

Et ses yeux se posaient sur elle, plus fréquemment que sur les autres. La seule raison pour laquelle il avait, peut-être, accepté de se taire, était la conscience de ce point douloureux qu'il sentait sur sa nuque. Et les images dansaient fatalement à l'intérieur de ses paupières, à chaque fois qu'il lui fallait cligner des yeux. Il savait qu'un peu plus loin, Lily ne manquait pas de surveiller également la McKinnon du coin de l'oeil, consciente de l'atrocité de la situation. Et il entendait James, capable de trouver un peu plus de self-control et de tempérance, converser vivement avec quelques autres membres de l'Ordre.

Pettigrow. Tout est de la faute de Pettigrow. Et il sent la trahison lui déchirer l'abdomen, la colère lui donner des envies de tout retourner autour de lui. Il perçoit le malaise de la jolie brune, assise un peu plus loin, cachée derrière ses cheveux, noyée dans le chaos de ses souvenirs défigurés — et ça ne fait qu'empirer les choses, inévitablement. Du coin de l'oeil, il la voit finalement bouger. Et plus question de détourner les yeux de ce dos si familier, tandis qu'il la regarde s'éloigner. Les conversations de certains se taisent, d'autres font comme si de rien n'était. James s'est arrêté et la regarde s'éloigner, avant de jeter au Black un coup d'oeil rapide ; celui-ci ne le remarque pas, incapable de lâcher des yeux la silhouette qui ouvre la porte sans un mot. Lily, elle, s'est immédiatement glissé entre les mailles de la réunion, emboîtant le pas à son amie, cherchant à la retenir d'une voix douce. Mais rien n'y fait — le battant se referme et Marlene disparaît, laissant le Black fixer à nouveau le tapis sans le voir, grinçant péniblement des dents.

Et maintenant ? C'est la question qui ronge les lèvres de ceux qui parlent, autant que les esprits de ce qui se taisent. Maintenant que le QG a été détruit, maintenant que quatre membres de l'Ordre ont été tué par la trahison d'un cinquième — maintenant que Peter les a tous trahis. Maintenant, on fait quoi ?

Maintenant, c'est vraiment pas le moment. Et le Black n'écoute la fin de la conversation que d'une oreille, les laissant débattre et argumenter. Percevant la voix de James réclamer le calme et inciter tout le monde à aller dormir. Peu à peu, les quelques membres de l'Ordre qui s'étaient déplacés dans l'urgence repartent. Une autre réunion aura lieu demain, ou après-demain au plus tard — le reste se décidera là. En attendant, il leur fallait respirer. Pleurer leurs morts et digérer. Ne pas se retrouver à des endroits trop évidents, au cas où Peter en aurait dévoilé davantage — au cas où il aurait dévoilé d'autres noms et adresses.

Un à un, les visages familiers ont disparu. Lorsqu'il n'est plus resté que Remus, les regards ont remplacé les mots. Quatuor brisé, confiance ébréchée. Et une accolade brève a finalement précédé le départ de Lupin, laissant le Potter et le Black face à face. Le coup d'oeil qui se prolonge, les sourires qui peinent à trouver leur habituel chemin sur leurs traits d'ordinaire si prompts à les porter. Un soupir agite le corps de James, alors que son ami se décolle du buffet. Les regards se sont coupés, partant de paire vers l'extérieur, d'où ni Marlene ni Lily n'est encore revenue. « Tu restes dormir ? » Une moue passa rapidement sur les traits du Black, alors qu'il secouait la tête. « On s'voit demain, alors. » Rapide hochement du menton. Le Black passe sa veste, avant de se tourner vers James. Une brève accolade, une tape dans le dos. « Bonne nuit. » Et il se décolle, tournant le dos vers la porte. « Bonne nuit. » Il sort et la referme derrière lui, jetant un rapide coup d'oeil aux deux silhouettes féminines, un peu plus loin. L'espace d'un instant, il se sent prêt à s'éloigner sans mot ajouter, ombre dans la nuit. Finalement, un mince sourire tire les commissures de ses lèvres, sans qu'il ne sorte ses mains de ses poches. « Bonne nuit. » Foutue politesse, pour une nuit qui sera tout sauf bonne ; une nuit qui a mal commencé, et qui se terminera plus mal encore, dans les sommeils tourmentés.

Avec un dernier regard, il s'éloigne de la maison des Potter, le dos voûté. À dire vrai, il n'était pas certain de savoir où il allait. Pas certain de s'il allait, à quelque moment que ce soit, réussir à fermer l'oeil. Une part de lui aurait voulu rester là, garder un oeil sur James, Lily, Marlene et Harry. Mais il y avait quelque chose de grondant et de bouillonnant, au fond de ses tripes — quelque chose qui l'empêcherait de rester calme et de dormir. Quelque chose qu'il préférait ne pas avoir à montrer, même à ceux qui le connaissaient mieux que quiconque. Quelque chose qui rimait avec une trahison sourde et désespérée, qu'il n'arrivait, pour le moment, pas encore à encaisser. Mais une chose était sûre : elle se paierait. Quelles que soient les raisons de Peter, quelles que soient ses motivations, lorsque l'affront se ferait, il ne douterait pas une seule seconde : les Bones seraient vengés, en même temps que tous les autres.

La guerre laissait plus que jamais leurs empreintes sur eux, et il le sentait ; plus capable de l'en empêcher, ni même de l'atténuer. Et il le savait, au fond de lui : demain, les choses ne feraient encore qu'empirer. La marque était gravée au fer rouge dans leurs chairs, et quoi que leur réservait l'avenir, rien ne la ferait jamais plus s'effacer.
fiche (c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
phénix, admin
avatar
Messages : 65
MessageSujet: Re: – how the good die young. (sirius)   Dim 28 Aoû - 17:16



( )

congratulations !
Oh yeah, ça y est, te voilà validé ! Maintenant que t'as ta couleur et ton groupe, les choses sérieuses peuvent enfin commencer.

Pour commencer, on te suggère fortement d'aller jeter un oeil au registre des avatars, pour être bien sûr qu'on n'aurait pas oublié de le recenser en même temps que de te valider. Après ça, n'hésite pas à visiter toutes les rubriques à gauche, histoire de te familiariser avec le forum, et d'intégrer ton personnage au jeu. Et enfin, si tu as besoin de quoi que ce soit, n'oublie surtout pas que les joueuses de Liam et Johana te sont entièrement dévouées (ou presque), et que leurs boîtes MP sont grandes ouvertes ! I love you

Sur ce, on te souhaite un excellent jeu sur IN NOCTEM.
(c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: – how the good die young. (sirius)   

Revenir en haut Aller en bas
 
– how the good die young. (sirius)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel est le point commun entre Neil Young et Rod Stewart?
» Young Guns
» Neil Young Foire aux Vins Colmar 2008
» BOBBY LOLLAR – THE “BAD BAD BOY” IS BACK GOOD
» Neil Young

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ in noctem :: fiches validées-
Sauter vers: